Mémoire
© 2017 Gouvernement Pied-Noir en Exil  -  Site Officiel de l’Etat Pied-Noir en Exil  -
SETIF 8 mai 1945
Pour    comprendre    les    causes de   Sétif   1945   à   Oran   1962,   par le    Dr    J-Cl    Perez    “attaques    et contre-attaques”, Chapuis edit.
INPI
Tableau de notre compatriote et ami M. Jean François GALEA
Oeuvre de notre Compatriote M.Christian GREGORI
Blasons des communes d'Algérie BLASON, TIMBRES DE L'ALGERIE FRANCAISE     Site de POPODORAN
Massacre du 5 Juillet 1962 à Oran (Algérie).  Point de vue de Jean-Pierre Lledo Je   précise   d’abord   que   je   ne   suis   pas   historien,   mais cinéaste.   Et   que   cet   épisode   de   l’histoire   d’Algérie m’a   intéressé   pour   plusieurs   raisons.   Mon      enfance s’est   faite   à   Oran   et   par   la   suite   j’ai   toujours   gardé le   lien   avec   cette   ville,   mes   amis   d’enfance   et   ceux de   mes   parents.   J’ai   été   marié   avec   une   Oranaise d’origine    arabe.    Enfin,    j’ai    fait    un    film    (Algérie, histoires   à   ne   pas   dire)dont   la   quatrième   partie   est consacrée à cette tragédie. Lire la Suite
LES SECOURS VENUS D'ESPAGNE Les    29    et    30    juin    1962,    l'Espagne        vint    au secours   des   Oranais   malmenés   par   les   sbires du   général   Katz,   en   affrétant   2   ferrys,   «   le Victoria »  et « le Virgen de Africa ». José Castano Lire la suite
Massacre   d’Oran   :   le   5   Juillet   1962,   plus   de 2000    Européens    furent    massacrés    par    une foule   de   musulmans   fanatiques.   On   en   retrouva des   morceaux   épars   suspendus   à   des   crocs   de boucher   et   dans   des   poubelles.   Des   centaines d’autres     furent     portés     disparus     dont     on retrouva   la   trace   dans   les   mines   de   sel.   Sur ordre   de   De   Gaulle,   le   général   Katz   laissa   faire et   n’empêcha   pas   cette   chasse   aux   Européens. Il   avait   pourtant   près   de   20.000   hommes   sous ses ordres. Katz, criminel de guerre par José Castano. Lire la suite
Le départ des Espagnols : Oran, le 30 juin 1962 Jo Torroja L'ECHO DE L'ORANIE 358. MAI-JUlN 2015 Lire la suite
L'embuscade    de    Palestro,    ou    embuscade    de Djerrah,   est   un   engagement   militaire   qui   a   lieu le   18   mai   1956,   durant   la   guerre   d’Algérie,   à proximité   du   village   de   Djerrah   dans   la   région de   Palestro   (aujourd'hui   Lakhdaria)   en   Kabylie au   cours   duquel   une   section   d'une   quarantaine d'hommes   de   l’Armée   de   libération   nationale (ALN),     commandée     par     le     lieutenant    Ali Khodja,   tend   une   embuscade   à   une   section   de vingt-et-un       hommes       du       9e       régiment d'infanterie    coloniale    de    l'Armée    française, commandée par le sous-lieutenant Hervé Artur.
Esclaves Chrétiens, Maîtres Musulmans Sujet    politiquement    incorrect,    sous-estimé    par Fernand     Braudel     et     par     nombre     d'historiens, l'esclavage     blanc     pratiqué     par     ceux     que     l'on nommait   alors   les   Barbaresques   a   bel   et   bien   existé sur   une   grande   échelle   et   constitué   une   véritable traite   qui   fit,   durant   près   de   trois   siècles,   plus   d'un million   de   victimes.   Qui   étaient-elles   ?   Comment   se les    procurait-on    ?    Comment    fonctionnaient    les marchés   d'Alger,   Tunis   et   Tripoli,   les   trois   villes   qui formaient    le    noyau    dur    de    la    Barbarie    ?    Quelle forme   prenait   l'asservissement,   tant   physique   que moral,     de     ces     hommes     et     de     ces     femmes originaires    de    toute    l'Europe,    et    principalement d'Italie,   d'Espagne   et   de   France   ?   Quelle   était   leur vie   dans   les   bagnes   et   sur   les   galères   ?   Comment l'Eglise   catholique   et   les   Etats   européens   tentèrent- ils   de   les   racheter   ?   Dans   cet   ouvrage,   fruit   de   dix années   de   recherches,   et   qui   s'appuie   sur   de   très nombreuses        sources        et        une        abondante documentation,    Robert    C.    Davis    bat    en    brèche l'idée   élaborée   au   XIXe   siècle   et   encore   dominante d'un   esclavage   fondé   avant   tout   sur   des   critères raciaux.