Mémoire, Histoire Oubliée    des Prisonniers du FLN
© 2017 Gouvernement Pied-Noir en Exil  -  Site Officiel de l’Etat Pied-Noir en Exil  -
INPI
Un silence d'Etat Jean Jacques Jordi Les disparus civils européens de la Guerre d'Algérie En savoir plus
André    Aussignac,    74    ans,    appelé    du    23e    Rima    à Alger,   a   été   déclaré   disparu   le   21   juillet   1962   par l'Armée française.) Le   soir   du   21   juillet   1962,   j'ai   quitté,   en   uniforme,   la Maison   carrée   (caserne)   d'Alger   pour   aller   acheter des cigarettes. Je    suis    tombé    sur    un    barrage    de    musulmans    en uniforme.   Ils   m'ont   pris   ma   carte   d'identité   militaire et l'ont déchirée. Lire la Suite
Prisonniers du FLN, Raphaëlle Branche Frère   Luc,   du   monastère   de   Tibhérine,   dont   on   sait l’enlèvement   et   la   fin   tragique   en   1996,   avait   déjà connu   la   capture.   C’était   le   1er   juillet   1959,   en   pleine guerre   d’Algérie.   Les   hommes   en   armes   qui   l’avaient rapté   ne   le   libérèrent   que   cinq   semaines   plus   tard. En    Algérie,    contre    toute    attente,    le    FLN    fit    des prisonniers   –   militaires   mais   aussi   civils,   des   hommes mais    aussi    des    femmes    –    pour    internationaliser    le conflit      grâce      à      l’action      de      la      Croix-Rouge internationale.   Beaucoup   moururent.   Leur   histoire, qui     est     aussi     celle     de     la     première     tentative d’appliquer    les    conventions    de    Genève    lors    d’un conflit,    n’avait    encore    jamais    été    faite.    Ce    livre entend   leur   redonner   vie,   les   réinscrire   dans   notre mémoire,    et    dire    au    plus    près    l’expérience    de    ces prisonniers    de    la    guérilla,    témoins    étranges    d’une guerre dont on a largement perdu le sens.
Les      Disparus      de      la      guerre      d'Algérie (1954/1963)     n'ont     pas     eu     l'honneur     d'être commémorés    par    la    Journée    Mondiale    des Personnes   Enlevées   établie   en   2010...   Trop   de vérités     pas     bonnes     à     entendre     par     les gaullistes...Depuis    2013,    nous    réparons    cette injustice... Herve Cuesta
© 2017 Gouvernement Pied-Noir en Exil  
Mémoire, Histoire Oubliée des Prisonniers de FLN
Un silence d'Etat Jean Jacques Jordi Les disparus civils européens de la Guerre d'Algérie En savoir plus
Prisonniers du FLN, Raphaëlle Branche Frère      Luc,      du      monastère      de Tibhérine,          dont          on          sait l’enlèvement   et   la   fin   tragique   en 1996,   avait   déjà   connu   la   capture. C’était   le   1er   juillet   1959,   en   pleine guerre    d’Algérie.    Les    hommes    en armes    qui    l’avaient    rapté    ne    le libérèrent    que    cinq    semaines    plus tard.     En     Algérie,     contre     toute attente,   le   FLN   fit   des   prisonniers   militaires     mais     aussi     civils,     des hommes   mais   aussi   des   femmes   pour     internationaliser     le     conflit grâce   à   l’action   de   la   Croix-Rouge internationale.                    Beaucoup moururent.    Leur    histoire,    qui    est aussi   celle   de   la   première   tentative d’appliquer      les      conventions      de Genève    lors    d’un    conflit,    n’avait encore    jamais    été    faite.    Ce    livre entend      leur      redonner      vie,      les réinscrire    dans    notre    mémoire,    et dire    au    plus    près    l’expérience    de ces     prisonniers     de     la     guérilla, témoins   étranges   d’une   guerre   dont on a largement perdu le sens.
Les     Disparus     de     la     guerre d'Algérie   (1954/1963)   n'ont   pas eu   l'honneur   d'être   commémorés par    la    Journée    Mondiale    des Personnes    Enlevées    établie    en 2010...     Trop     de     vérités     pas bonnes      à      entendre      par      les gaullistes...Depuis     2013,     nous réparons cette injustice... Herve Cuesta
André   Aussignac,   74   ans,   appelé   du   23e   Rima   à   Alger,   a   été déclaré disparu le 21 juillet 1962 par l'Armée française.) Le   soir   du   21   juillet   1962,   j'ai   quitté,   en   uniforme,   la   Maison carrée (caserne) d'Alger pour aller acheter des cigarettes. Je   suis   tombé   sur   un   barrage   de   musulmans   en   uniforme.   Ils m'ont pris ma carte d'identité militaire et l'ont déchirée. Lire la Suite